La Maison Plurielle doit rester ouverte !

Il y a quelques semaines j'étais avec une patiente en consultation. Son corps était roué de coups et de bleus. Elle avait été victime de violence conjugale.
Je lui ai donné des conseils médicaux et lui ai conseillé de porter plainte.

Malheureusement, ce n'est pas la première fois que cela lui arrive…. On a discuté un peu et je lui ai conseillé d'aller à la maison plurielle à Charleroi, une association spécialisée dans le soutien et l'accompagnement des femmes victimes de violence.

J'ai récemment appris que la maison plurielle à Charleroi est menacée de fermeture. Pourtant le cas de ma patiente est loin d'être isolé. En 2010, l’Institut pour l’Égalité des Femmes et des Hommes estimait qu’en Belgique, une femme sur sept avait été confrontée à au moins un acte de violence commis par son partenaire ou par son ex-partenaire au cours des 12 mois précédents. En 2013, la violence conjugale a coûté la vie à 162 personnes.

Enfin une convention pour 2016, mais 2017 ?

Lors du Conseil Communal du 25 avril 2016 sera voté le subside 2016 pour la maison Plurielle. Cette convention qui arrive tardivement permettra à l'asbl de sortir la tête de l'eau, mais pour 2017 l'asbl ne devrait plus recevoir de subsides communaux. Sa fermeture semble ainsi programmée.

La Ville de Charleroi et le service public fédéral de l'Intérieur demande en effet à la maison plurielle de ne plus effectuer de suivis individuels pour les femmes victimes de violences. Cette aide serait réorienté vers le Centre d'aide aux victimes. Ce service est également un service utile, mais étant un service générale d'aide aux victimes, il n'est pas spécialisé dans les violences de « genre » ou conjugales.

La seule raison qui devrait justifier la fermeture d'une telle structure est la disparition des violences faite aux femmes.

La Belgique a pourtant ratifié la Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique du 11 mai 2011 qui exige des Etats signataires qu’ils mettent à disposition des victimes de violences des services spécialisés.

La Maison Plurielle est le seul service spécifiquement orienté vers l’accueil et le suivi des victimes de violences faites aux femmes (violences conjugales, sexuelles, mutilations génitales féminines, mariages forcés et problématiques relatives aux crimes d’honneur) sur l’arrondissement judiciaire de Charleroi.

Sa fermeture programmé par la majorité communale est une mesure d'économie dont les femmes seront victimes. La fermeture de la maison plurielle doit à tout prix être évitée. La seule raison qui devrait justifier la fermeture d'une telle structure est la disparition des violences faite aux femmes.

 

 

Sofie Merckx

Médecin généraliste et conseillère communale à Charleroi

Une page facebook en soutien de la maison plurielle est ouverte :

 

https://www.facebook.com/events/141591119568240/?active_tab=posts

Tags: 
Femmes