Voici les propositions concrètes du PTB pour Charleroi dont Paul Magnette n’a pas voulu

Dès le départ, le PTB a défendu une vision pour Charleroi caractérisée par une rupture par rapport à ce qui se fait aujourd’hui. Une rupture pour avoir un projet qui part des besoins des travailleurs et des habitants. Malheureusement, Paul Magnette estimait, lui, avoir un mandat pour continuer dans son modèle de ville libéral et avait la majorité absolue à lui tout seul. Le PTB a mené campagne pour un projet vraiment social, et se battra depuis les bancs de l’opposition et en mobilisant les gens, pour ce projet.

Le PTB Charleroi a consulté près de 1200 Carolos pour établir ses priorités. Il continuera à se battre, depuis les bancs de l’opposition et en mobilisant les gens, pour son projet social. (Photo Solidaire, Salim Hellalet)

Les propositions ont été systématiquement balayées, car prétendument infaisables, et la feuille de route du PTB pour un Charleroi social, écologique et démocratique n’a même pas pu être discutée, car le PS a refusé le cadre de la discussion. Dans la presse, Magnette n’a pas hésité à agresser le PTB entre deux rencontres. Ce qui devait être une négociation a été transformé en une mascarade par le PS.

Évidemment, nous sommes bien conscients que tout ne pourrait pas se faire en un coup de baguette magique et qu'il faut des compromis. Notre programme compte 300 propositions. Parmi celles-ci, nous en avons donc dégagé quelques unes, regroupées en cinq grands points, qui constituent pour nous des points de départ à la fois essentiels, ambitieux et réalistes pour une discussion quant au projet de Ville pour Charleroi dans les 6 années à venir :

1) revoir le masterplan et Charleroi DC pour investir dans les besoins des Carolos ;

2) faire du logement abordable une priorité ;

3) une mobilité sociale et durable via la gratuité des TEC ;

4) un service public fort avec la fin de toute austérité et des investissements dans les services communaux ;

5) une révolution éthique et démocratique à Charleroi

Vous pouvez découvrir ici la note de base du PTB pour ces négociations

« Pour réaliser cela, il aurait fallu au moins une base commune de respect dans la négociation et dans la volonté d'une rupture avec les six dernières années. Depuis le début de ces négociations, nous n'avons pas retrouvé ce respect nécessaire. Dès les discussions préliminaires, Paul Magnette s'est attelé à expliquer pourquoi il n'était pas possible de faire autrement que la politique actuelle », explique Sofie Merckx, tête de liste du PTB à Charleroi.

« Le mandat que nous avons reçu des 15 572 d’électeurs qui ont voté le 14 octobre pour notre projet est clair. Nous voulions discuter de ce changement, mais, comme il l’a également expliqué très clairement tant dans Le Soir samedi passé qu’à la RTBF hier soir, M. Magnette ne voulait pas changer de cap pour Charleroi », ajoute Sofie Merckx.

Et de conclure : « Tromper l'électeur du PTB à Charleroi, ce serait de rentrer dans une majorité qui continue a appliquer la même politique libérale qui mise sur le city marketing, qui investit dans une marina tout en diminuant le nombre de logements sociaux et qui vote un règlement anti-mendicité. On ne va pas avoir des échevins PTB qui vont continuer à appliquer la politique de la majorité actuelle. Nous avons mené campagne pour un projet vraiment social, et nous nous battrons, depuis les bancs de l’opposition et en mobilisant les gens, pour ce projet. »


Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?