Comment lutter contre la mort lente des commerces de la Ville-Haute

Un douzième commerce vient de fermer dans la Rue de la Montagne à Charleroi. Avec l’arrivée du centre commercial « Rive Gauche » et l’abandon des commerces dans cette rue, le quartier devient de plus en plus désert. Une situation qui inquiète des commerçants qui se sont mobilisés au conseil communal du lundi 20 novembre dans le cadre d’un intervention de Sofie Merckx.

Depuis quelques mois, les petits commerçants du Centre-Ville boivent la tasse. L’arrivée du centre commercial Rive Gauche et l’instauration d’un parking payant restreignent l’accessibilité au quartier. La désertification du quartier renforce le sentiment d’insécurité à certains endroits, ce qui décourage d’autant plus gens les gens à s’y balader. Or, pour combattre ce sentiment d’insécurité, il faut augmenter la fréquentation dans les rues. Plusieurs pistes ont été abordées lors de l’intervention de Sofie Merckx, conseillère communale PTB.

 

La première piste à suivre, selon les commerçants eux-mêmes, serait la diminution du revenu cadastral qui n’est plus du tout adapté à la réalité du quartier. « Un bâtiment avec un revenu cadastral de 3500€ a été vendu pour seulement 80.000€ récemment», ajoute Sofie Merckx en exemple. Cette réduction est du ressort du ministre fédéral des Finances. Néanmoins, la demande peut  être introduite et soutenue par le collège de la Ville. C'est ainsi qu'un commerçant de la Rue de la Montagne a fait la demande auprès du SPF Finances et obtenu le soutien du Bourgmestre pour sa démarche.  Suite à ces 2 actions, un dossier d'enquête a été ouvert par le SPF Finances pour la rue de la Montagne.

 

Une autre piste serait de permettre aux gens de se garer gratuitement pendant deux heures. Ça laisse le temps aux gens de faire quelques emplettes et de manger un bout en ville. Du côté du Collège communal, c’est non. Ils craignent que la gratuité encourage l’apparition des voitures dites « ventouses », qui se garent pour une longue durée et empêchent de ce fait la rotation. Dans les rangs du PTB, on rejette l’argument. 

Du côté du Collège communal, c’est non. Selon l'échevin du commerce, le parking gratuit les 2 premières heures engendrerait le retour des voitures « ventouses ».  Dans les rangs du PTB, on rejette l’argument.  Une voiture « ventouse » ce sont les gens qui garent leur voiture en centre-ville pendant leur journée de travail, donc en moyenne 8 heures.  Par contre un parking gratuit les 2 premières heures amènerait une meilleure rotation des voitures et serait un plus pour attirait les gens dans les petits commerces du centre-ville.

Concernant les travaux à prévoir dans la Ville-Haute, la commune pourrait envisager une exonération du précompte immobilier ou prévoir des indemnités pour la période des travaux. Ces mesures sont à étudier sérieusement par le Collège, d’autant que les commerçants s’apprêtent à affronter une nouvelle série de travaux « mammouth » avec le réaménagement des voiries et espaces publics ainsi que de la rénovation du Palais des expos.

Retrouvez ici l’intervention de Sofie Merckx, conseillère communale PTB :

https://youtu.be/uQ58r52PT7c?t=1h44m9s

Vous souhaitez apporter votre témoignage ou aider le PTB sur cette thématique ? N’hésitez pas à prendre contact avec nous : charleroi@ptb.be


Montrer 1 réaction

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.
  • a commenté 2017-12-01 09:46:16 +0100
    Non seulement en lisant ce texte on remarque de nouveau le gouffre entre Élus et peuple mais je parie que l’Échelon du commerce n’a jamais été commerçant! De plus il y a un point extrêmement important qui n’a pas été soulevé, la place des commerces a l’ère du 3.0 plus de 80% d’entre-eux ne sont pas prêt. Il faut donc un dynamisme et une synergie entre ces commerçants. Sans vouloir aucunement me mettre en avant il est fort probable que je dispose de la solution. Bien à vous

Prêt à remplir cette enquête?