Le PTB veut réduire la taxe poubelle de 25% pour les familles touchées financièrement par la crise du coronavirus.

Le PTB craint que la crise sanitaire du coronavirus ne se transforme en crise sociale. « C'est la raison pour laquelle tous les niveaux de pouvoir doivent prendre des mesures pour éviter ça » déclare Germain Mugemangango, chef de groupe du PTB au conseil communal de Charleroi.

La crise sanitaire que nous vivons est en train d’engendrer une grave crise économique et de nombreuses personnes ont vu leurs revenus baisser drastiquement suite au chômage temporaire ou suite à l'arrêt de leurs activités comme indépendant. Certains ont même perdu leur emploi dans la région et ce n'est pas pendant le confinement qu'ils vont en retrouver un facilement. La ville de Charleroi a, selon nous, la possibilité de les aider.

Certaines mesures ont déjà été prises, comme le fait de postposer l'envoi de toute redevance communale jusqu'à la fin du confinement, mais elles ne sont absolument pas suffisantes face à la situation, cela ne fait que reporter le problème : ces taxes resteront dues malgré la perte de revenus pendant la période où ils étaient en chômage économique.

C’est pour cela que nous proposons une réduction de 25% de la taxe d'insalubrité urbaine pour ces travailleurs et leur famille qui ont déjà été lourdement touchés par cette crise sanitaire. Cette réduction équivaut simplement à une suppression de cette taxe pendant la période de confinement.

Pour la majorité PS-Ecolo-C+, qui s’est exprimée via son échevin des finances Thomas Parmentier, il n’y a aucune raison de baisser la taxe puisque le ramassage des poubelles a été maintenu. Cet argument est particulièrement surprenant puisqu’il serait valable pour toutes les mesures de soutien possibles. Or, par exemple, la Région wallonne vient d’accorder une aide de 40€ aux familles frappées par le chômage temporaire pour faire face à leur facture d’eau.

Nous estimons, en outre, qu'un équilibre doit être sauvegardé dans les mesures de soutien prises par le collège communal. La majorité communale réfléchit déjà à toute une série de mesures de soutien économique aux entreprises et aux PME, ce qui est logique, mais sans travailleurs et travailleuses qui peuvent vivre dignement il n'y a pas de santé économique. Les travailleurs ne sont en rien responsables de cette crise. Ce n'est pas eux qui doivent la payer.

Enfin, nous regrettons l’attitude de cette majorité communale qui ne s’interroge pas sur la question du financement des mesures de soutien aux indépendants mais utilise ce même argument pour ne pas aider ses habitants.

Au PTB, nous resterons fermes sur nos propositions. Un débat lors des prochains conseils communaux sera demandé pour que le monde politique, et notamment cette majorité carolo, cesse de vouloir faire payer la crise aux travailleurs.


Montrer 1 réaction

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.
  • Pauline Boninsegna
    a publié cette page dans Actualités 2020-05-08 12:17:57 +0200

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?