Marcinelle, Bois du Cazier : Le PTB honore les victimes de la bataille du charbon.

8 août 1956. 13 mineurs rescapés de la catastrophe de Marcinelle, 262 collègues ne remonteront jamais de la mine. Dont une majorité d’Italiens, mais aussi des belges, allemands, polonais, soviétiques, hongrois, grecs, français, hollandais, anglais, algériens, … Le combat syndical pour la santé et la sécurité au travail est international. Aujourd'hui encore le combat pour le droit à la vie et à la santé des travailleurs bute contre la logique du profit capitaliste.

Photo Russell Lee / Wikimedia Commons

Selon l’historienne Anne Morelli, spécialiste de l’immigration italienne : « 1956, c’est une tragédie attendue, prévisible, parce que les mesures de sécurité n’étaient plus remplies depuis un moment. Les inspections n’étaient pas dans les normes, parce que la mine n’était plus rentable et allait fermer. Donc, investir là-dedans était à pure perte. Des investissements en matière de conduites d’huile et d’électricité, qui étaient dans un état déplorable, auraient évité ce drame. Mais le patronat n’en voulait pas. »

Cette année il y aura de nouveau un hommage au Monument International aux Victimes du Travail sur la Grand Place de Marcinelle. Certains seront en habit de Mineur ou de Hiercheuse. Avec ce foulard rouge à pois blancs. Tout un symbole. Le travailleur essuie la sueur de son front avec, tellement le travail est dur et dangereux. Il s’en sert comme masque contre les poussières, la silicose et toutes les maladies professionnelles sont dangereuses et mortelles. Il colmate le sang, avec ce foulard, pour une blessure ou s’en sert comme garrot en cas d’accident du travail. Mais il s’en sert aussi comme fanion rouge, signe de sa révolte et de luttes ouvrières. 

Sur le site du Bois du Cazier et au cimetière de Marcinelle, nous rendrons hommage à ces travailleurs, aux victimes, rescapés, collègues des Mineurs et à leurs familles et amis. Comme PTB, nous serons du côté des travailleurs, des associations d’anciens Mineurs, de représentants de toutes ces nationalités solidaires, des organisations syndicales. Nous espérons qu’on leur donnera la parole à eux, ceux-là même qui ont du subir l’exploitation capitaliste jusque dans leur chair. 

Sofie Merckx , médecin à Marcinelle, conseillère communale, tête de liste PTB à Charleroi : « Chaque année encore il y a des milliers d’accidents du travail, une centaine rien qu’en Belgique. Le nombre de victimes de maladies professionnelles est plus important encore. Hier comme aujourd’hui, se battre pour un système ou c‘est l’humain d’abord, pas le profit, est primordial. » 

PTB-Charleroi, 7 août 2018

Pour aller plus loin

Recherches nouvelles sur l’immigration italienne en Belgique

Sous la direction de l’historienne Anne Morelli, ce nouvel ouvrage collectif revient sur plusieurs aspects méconnus de l’immigration italienne.

Editions Couleur livres, Bruxelles, 2016, 18 euros, disponible au PTB-Shop (voir www.ptbshop.be)

Tutti minatori | Quand l’immigration italienne s’écrivait dans les mines

"Les Italiens sont les étrangers les plus nombreux en Belgique. Deux épisodes ont marqué leur histoire après la Seconde Guerre mondiale : l’accord entre gouvernements belge et italien, « hommes contre charbon » de juin 1946, et la catastrophe du Bois du Cazier d’août 1956."

Un article du Solidaire, magazine du PTB, de 2016 sur l'immigration italienne en Belgique à l'occasion des 60 ans de la Catastrophe : https://solidaire.org/articles/tutti-minatori-quand-l-immigration-italienne-s-ecrivait-dans-les-mines 

Bois du Cazier | Mineurs à travers le monde

« Dans le cadre de “Bois du Cazier 1956-2016”, l’exposition permet de se rendre compte si l’univers de la mine a réellement changé entre hier en Belgique et, aujourd’hui, dans d’autres pays du monde. On peut légitimement en douter quand on fait ne fusse qu’un parallèle photographique entre Marcinelle et la catastrophe de Soma en Turquie le 13 mai 2014. »

Exposition à voir au Bois du Cazier, Rue du Cazier 80, 6001 Marcinelle

www.leboisducazier.be

Marina

Ce film belge du réalisateur Stijn Coninx raconte l’histoire du chanteur belgo-italien Rocco Granata. Un film qui parle d’immigration et des conditions de vie et de travail pénibles de l’époque, mais aussi de l’entêtement de certains à suivre leur propre voie et non celle que la société leur impose avec force. Sorti en 2013, il est disponible en DVD.

Disponible à la FNAC, 9,90 euros.


Montrer 1 réaction

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?