Reconquérir Charleroi : une campagne rouge, rebelle et combative

A Charleroi, le PTB donnait aujourd’hui le coup d’envoi de sa campagne électorale. Les têtes de listes, aux traits rouges rebelles sur les joues, ont présenté le programme et leur ambition de reconquérir la ville.

11 heures, conférence de presse. On annonce directement la couleur : un programme de 121 pages et 300 propositions concrètes pour un Charleroi à la mesure des gens, rédigé non pas dans une chambre fermée mais bien sur base d’une enquête auprès de 3000 travailleur.s.es. carolos - une premier historique en politique. 

Reconquérir la ville ?

« Charleroi est une grande ville, les moyens existent pour mettre en place des mesures sociales, concrètes. En termes de logement et de transport notamment », dit Germain Mugemangango, annonçant ainsi les deux thèmes de campagnes privilégiés du PTB carolo.

« Nous voulons une ville qui ne laissera aucune chance à la pauvreté. Nous voulons une ville où tous les habitants sont pris en considération, une ville sans citoyen de second rang, sans peur et sans division », ajoute Sofie Merckx, conseillère communale PTB. Elle est à nouveau tête de liste et compte bien cette fois entrer au conseil communal entourée d'un solide groupe.

Et les marques rouges rebelles sur le visage, alors ? 

Ils sont un symbole qui représente bien la campagne que le PTB va mener : rouge, rebelle et combative.

Sofie Merckx : « Le premier trait rouge est un halte-là à la logique de vente de la ville aux monopoles immobiliers, au courant du city-marketing. Le deuxième, c'est pour plus de justice sociale, pour une ville à la mesure des travailleurs.

Nous ne voulons pas d’une petite couche de vernis social sur la politique menée à Charleroi : ce que nous voulons, c’est une véritable révolution urbaine. Une ville qui soit à la pointe de la lutte contre la précarité, qui mette en place de vrais projets citoyens. »

Diviser le salaire du bourgmestre par deux

Le PTB amène une proposition forte en matière d’éthique : diviser le salaire du bourgmestre par deux. Germain Mugemangango : « Tant que le bourgmestre gagnera 10 000 euros par mois, il n'aura aucune idée de ce qu'est la vie pour les travailleurs de Charleroi. Il est temps de mettre en place de vrais mécanismes éthiques. »

Le PTB pour sa part, rappelle ses principes : la liste du PTB est composée de travailleurs qui ne s'engagent pas en politique pour remplir leurs poches.


Pour des logements accessibles
Sofie Merckx, conseillère communale et tête de liste PTB : « Charleroi côté pile, ce sont des logements de luxe, une marina, un palais de congrès. Et côté face : 4 000 familles sont en attente d'un logement social et le nombre de logements sociaux a baissé de 400 unités. 
Nous sommes pour une ville à échelle humaine, qui ne sera pas mise en vente au plus offrant. Qui s’attelle à répondre aux besoins des habitants. Pas une ville qui se contente de faire des discours sur des logements abordables, mais qui les construit. »
Un vrai plan de mobilité
« Le parking payant n'est pas une mesure de mobilité ou d'environnement mais une taxe qui ne dit pas son nom. Elle doit être supprimée et un vrai plan de mobilité doit être mis en place. » Germain Mugemangango, 2e de liste PTB Charleroi.

Retrouvez le programme complet en PDF ici


Commandez une affiche à placer sur votre fenêtres 

http://charleroi.ptb.be/agir

Faites un don

Et aidez à financer nos affiches, faites un don.

Le PTB Charleroi sur les médias sociaux

Sur Facebook

Sur Twitter


Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?