Charleroi a besoin de piscines. Des piscines publiques.

Avec le PTB, nous nous battons pour obtenir davantage de piscines à Charleroi. Ce manque de piscines s’est aggravé au fil de ces années au détriment de la santé et de la qualité de vie des carolos ainsi qu’au détriment de l’animation d’un centre-ville tel que celui de Gilly.

Mais pas n’importe quelles piscines. Des piscines publiques ! Car nous ne pouvons pas accepter que les piscines deviennent une source de profits à Charleroi et qu’elles soient inaccessibles financièrement pour une partie de la population.

Une situation désastreuse

En 6 ans de mandature, la Ville de Charleroi a fermé les piscines de Gilly, de Marchienne-Au-Pont et de Gosselies. Il ne reste actuellement plus que 2 piscines pour plus de 200.000 habitants. D’ailleurs, nous avons récemment appris dans la presse que l’arrondissement de Charleroi dispose d’une piscine pour 41 écoles.

 

Pourtant, outre évidemment l’aspect ludique, la présence de piscines est importante pour notre santé. Tout d’abord, nos jeunes doivent avoir la possibilité d’apprendre à nager. De par la politique menée actuellement, même cela est remis en question. Mais plus largement, la natation est un sport aux multiples bienfaits. C’est notamment un sport complet car tous les muscles du corps sont sollicités par cette activité et, de plus c’est un sport “doux” car il n’impacte pas les articulations. Ce qui en fait également un sport accessible et bénéfique pour des personnes de tous âges.

Plus de piscines...

Il a fallu attendre la campagne électorale pour que le PS change d’avis au sujet des piscines carolos et comprenne l’importance que revêt ce dossier. Comme par miracle. Après avoir décidé plusieurs fermetures entre 2012 et 2018, ils ont promis durant la période pré-électorale la création de deux nouvelles piscines (dans les districts Nord et Ouest), la rénovation de la piscine du Stade Yernaux, la réparation de l’AQUA2000 (Gosselies) et la réouverture de la piscine de Marchienne-Au-Pont. Très récemment, nous apprenions également dans la presse que la nouvelle majorité souhaitait étudier la possibilité de réouvrir la piscine Solvay à Couillet.

 

Bien que ce ne sont jusqu’ici que des annonces, nous saluons la direction que semble vouloir prendre la Ville et nous l'encourageons à s’y tenir. Mais, dans l’immédiat, afin de pallier au manque de piscine, nous considérons qu’il est également important d’élargir les heures d’ouverture des structures actuellement ouvertes et d’envisager l’ouverture au public à des horaires bien définies en concertation avec les clubs de la piscine du Stade Yernaux.afin d’exploiter au maximum les structures existantes.

 

… et notamment à Gilly...

La fermeture de la piscine de Gilly a été particulièrement difficile pour le Collège Communal. Et pour cause, les gilliciens tenaient et tiennent toujours énormément à cette piscine qui a toujours connu une grande affluence et qui était centrale dans la vie de ce quartier. C’est pourquoi, ils ont mené la vie dure à la Ville lorsqu’elle a voulu la fermer. Le plus troublant dans ce dossier est que les raisons de cette fermeture ne sont pas claires...

 

En effet, le 12/05/14, une inondation a causé des dégâts dans cette piscine suite à une panne de l'électro-vanne. Suite à cet incident, l’arrêt des activités sur place devait normalement durer un peu plus d’une quinzaine de jours, mais les portes de cette piscines sont restées closes et, fin 2014, le Collège Communal a finalement décidé de sa fermeture définitive pour raison budgétaire. Pourtant, lors du Conseil Communal d’avril 2018, nous avons été informés que la cuve de la piscine serait percée et que ce problème justifierait que cette piscine ne puisse être réouverte.

 

Il est nécessaire qu’une étude soit effectuée par un organisme indépendant au sujet de cette piscine afin que nous ayons une vue objective sur la situation de cette infrastructure et sur le coût auquel s’élèverait sa réparation. Sans oublier que cette piscine a effectivement déjà de nombreuses années derrière elle et que la meilleure solution sera peut-être la construction d’une nouvelle piscine sur place dans la cadre des grands travaux de la Place Destrée.

… mais des piscines publiques.

Par contre, ce qui est une mauvaise nouvelle, c’est que la Ville a suggéré à plusieurs reprises la possibilité d’avoir recours à des PPP (partenariats-public-privé) pour ses nouvelles piscines. Ce modèle tend d’ailleurs à se populariser au profit de quelques exploitants privés et au détriment des utilisateurs de ces piscines.

 

En effet, l’objectif principal d’une piscine publique sera évidemment de proposer un service utile et de qualité à la population tout en le rendant accessible à tous via notamment des prix démocratiques. Au contraire, l’objectif d’un exploitant privé sera de gagner un maximum d’argent. Cela se concrétise évidemment dans les tarifs appliqués. Les piscines gérées en PPP de Virton, Braine-Le-Compte et Gand ont les tarifs d’entrée respectifs  : 6,20€, 7,20€ et 10,50€. Ces piscines sont donc clairement inaccessibles pour une partie de la population.

 

Nous défendons donc un modèle de piscine publique avec des tarifs d’entrée qui ne doivent certainement pas excéder 2€ afin de rester accessibles aux carolos. Il serait scandaleux que l’argent des carolos soit injecté dans des piscines auxquelles ils n’auraient même pas accès financièrement.

En résumé…

Grâce à la pression mise par les carolos et le PTB, le PS a été forcé de promettre davantage de piscines à Charleroi au cours de ces derniers mois. A présent, nous devons nous battre pour que la majorité respecte ses promesses, mais en optant plutôt pour des piscines publiques à prix démocratique. D’ailleurs, dans l’enquête qui a été commanditée en début d’année par la ville de Charleroi, les carolos “pointent l’importance de l’accès [aux piscines] à tous les publics, particulièrement les plus fragilisés”.

Pour ce faire, aidez-nous à poursuivre ce combat et à le gagner ensemble :

 

→ Signer notre pétition et aidez-nous à la diffuser : https://charleroi.ptb.be/reouverture_de_la_piscine_de_gilly

 

→ Rejoignez-nous le 3/12 à 17h30 devant l’hôtel de ville de Charleroi afin de soutenir notre nouvelle équipe d’élus et pour demander plus de piscines publiques.

 

Une piscine comme celle de Gand ?

Début de l’année, notre échevin des sports s’est rendu à Gand pour y rencontrer le concepteur et exploitant de la piscine qui y a été construite sur le modèle PPP. Notre échevin avait déclaré à propos du concepteur/exploitant : "Il a manifesté de l'intérêt à venir à Charleroi. Nous allons étudier la formule gantoise et voir si elle peut s'adapter à nos besoins, tout en évaluant son coût."

 

Pourtant, après bref examen de leur site internet, nous constatons que le prix d’une entrée pour un adulte s’élève à 10,50€. Tandis que le prix réduit pour un étudiant de plus de 16 ans ou pour une personne âgée de plus de 65 ans s’élève seulement à… 10€. Pourtant, la Ville de Gand subventionne chaque année cette piscine à hauteur de plus de 3 millions.

 

Les Gantois sont donc doublement perdants. En effet, les moins nantis n’ont donc forcément pas les moyens de fréquenter régulièrement cette piscine et, pourtant, une partie de leur impôt communal est utilisé chaque année afin de subventionner une piscine… à laquelle ils n’ont pas accès. Est-ce que nous voulons de cela à Charleroi ?

 


Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?